Sheryl Sandberg, une femme inspirée et inspirante !

Sheryl Sandberg

Sur les conseils d’une collègue, j’ai acheté le livre de Sheryl Sandberg, “Lean In – Women, Work and the will to Lead”. Le titre est un appel à aller de l’avant, à ne pas renoncer à ses ambitions et à s’imposer comme femme dans le monde du travail. Une sorte d’ « en avant toutes ! »

J’avoue avec un peu de honte que je ne connaissais pas Sheryl Sandberg avant et n’avais qu’une vague idée de l’impact des business women. C’était pourtant la directrice générale (Chief operating officer) de Google, et depuis quelques années celle de Facebook … Rien que ça !

Pourquoi ?

Elle a écrit ce livre pour dénoncer les inégalités de salaires et le plafond de verre qui freinent l’évolution des femmes vers des postes à responsabilités.

La directrice générale du réseau social le plus puissant du monde pose le constat que  les femmes occidentales d’aujourd’hui ne parviennent toujours pas à être considérées comme les égales des hommes sur leur lieu de travail malgré toutes les avancées féministes du XXe siècle et le fait qu’elles soient plus nombreuses que les hommes à l’université.

Il est primordial pour elle de donner confiance aux femmes afin de les inciter à prendre plus de risques, à croire davantage en elles-mêmes et à ne pas renoncer à leurs ambitions et rêves.

Son public ?

Elle n’a pas écrit ce livre pour s’opposer aux hommes mais pour convaincre les hommes et les  femmes qu’un système plus égalitaire profiterait à tous. Elle estime par ailleurs que, si les hommes doivent changer certains de leurs comportements, les femmes doivent également réaliser qu’elles se sont progressivement enfermées elles-mêmes dans un mode de pensée négatif, en intériorisant avec le temps des règles machistes.

Si elle est persuadée que les hommes doivent changer leurs comportements, elle insiste pour que les femmes réalisent qu’elles se sont confinées dans des schémas de pensée négatif en intériorisant des règles et des codes machistes.

Au début de son livre elle donne un exemple de ce manque de confiance des femmes :  « Demandez à un homme d’expliquer son succès », « et il invoquera ses qualités et ses compétences ». Posez la même question à une femme et elle attribuera son succès à des facteurs externes, insistant sur le fait qu’elle s’en est bien sortie car elle a « bossé dur » ou « eu de la chance » ou « été aidée ».

Pas encore convaincu(e) ?

Je vous laisse ici la vidéo de TED sous-titrée en français, le talk qui a été le précurseur du livre :

Se procurer “Lean in” :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *